L’Eglise catholique au Burkina Faso / The Catholic Church in Burkina Faso

L’évangélisation de la Haute Volta (actuel Burkina Faso) a été l’œuvre de la Société des Missionnaires d’Afrique, plus connue sous le pseudonyme de « Pères Blancs ». Le 20 mars 1899, Mgr Prosper Augustin Hacquard, alors Vicaire apostolique du Sahara-Soudan, entre à Ouagadougou pour la première fois. Bien accueilli par le Moog Naaba Sigiri, le prélat prophétise qu’il s’agit là du plus beau champ de mission de tout le Vicariat. L’année suivante, les premiers postes de mission sont ouverts en pays moaaga à Koupéla, puis à Ouagadougou en 1901. A partir de cette date jusqu’à la mise en place de la hiérarchie catholique, suivie de la prise en main par le clergé local en 1956, l’évangélisation a patiemment et sûrement édifié une Eglise catholique à l’engagement fort sur les questions sociales. De l’indépendance de la Haute Volta (1960) à nos jours, grâce au poids de l’élite qu’elle a contribué à former mais aussi grâce à un épiscopat de plus en plus jeune et déterminé, l’Eglise catholique est devenue une force morale qui s’attaque régulièrement à ce qui représente une menace pour la dignité de l’Homme au Burkina../The Republic of Upper Volta (now Burkina Faso) was evangelized by the Society of African Missionaries, better known under the pseudonym of “White Fathers”. On March 20, 1899, Bishop Prosper Augustin Hacquard, Apostolic Vicar of the Sahara-Sudan, entered Ouagadougou for the first time. Welcomed by the Moog Naaba Sigiri, the prelate professed that this is the most beautiful field mission of the whole Vicariate. The following year, the first mission posts were opened in Moaaga (Koupéla) and then in Ouagadougou in 1901. From that date until the establishment of the Catholic hierarchy, followed by the control of the local clergy in 1956, the evangelization patiently and certainly edified a Catholic Church with a strong focus on social issues. Thanks to the support of the elite that it helped to train and thanks to an increasingly young and determined episcopate, the Catholic Church, from the independence of the Upper Volta (1960) to present, has become a moral strength that regularly attacks whatever constitutes a threat to human dignity in Burkina Faso.

Découvrez la version animée de cette cartographie ICI.

Abonnez-vous pour recevoir nos cartographies institutionnelles chaque semaine