La médiation (Wassatah) et la conciliation (Sulh) dans l’espace musulman

L’islam fait du principe de juste milieu une valeur fondamentale du message prophétique : « C’est ainsi que Nous avons fait de vous une communauté de juste milieu… », Sourate I, verset 143. C’est dans ce cadre que l’islam promeut, pour le règlement des litiges et conflits au sein de la communauté musulmane, de nombreux moyens comme la médiation (wassatah) et à la conciliation (Sulh). La médiation est un exercice volontaire et non contraignant consistant à rapprocher des points de vue et à résoudre des différends entre les individus ou groupes. Caractérisée par l’intervention d’un tiers, la médiation se veut neutre et impartiale. En droit musulman, le Wassatah du mot arabe « Wassate » (le milieu), désigne l’intervention d’une tierce partie dans un différend ou un litige qui oppose des individus ou des groupes de musulmans pour parvenir à un règlement à l’amiable en proposant des solutions aux parties. Quant au mot « Sulh » dérivé du vocable arabe « Salaha » (concilier, arranger, réparer…), il renvoie dans le vocabulaire du droit musulman, à la conciliation ou arrangement sur un litige ou une dispute. Le terme couvre essentiellement la facilitation et la négociation. Si la médiation (Wassatah) est un exercice qui requière l’intervention d’un médiateur (généralement un religieux) pour rapprocher les points de vue, la conciliation (sulh), peut être entreprise par quiconque (proche des parties au conflit) au sein de la communauté pour dissiper les malentendus et les disputes au sein de la communauté…

Découvrez la version animée de cette cartographie institutionnelle en cliquant ICI